Vous êtes attirés par le métier de kinésithérapeute ? L’objectif de cet article est de vous informer sur les différentes études qui peuvent mener à cette profession.

Nous allons vous présenter les formations françaises, belges, espagnoles et allemandes pour devenir kinésithérapeute.

 

Les études de kiné en france

études de kiné en france

En France, les études de kinésithérapeute sont sanctionnées par un DE (diplôme d’État), ce diplôme s’obtient dans les IFMK (Institut de formation en masso-kinésithérapie). Il en existe plus d’une quarantaine en France et certains sont dédiés aux étudiants malvoyants. Concernant l’admission dans ces instituts, depuis la réforme de 2015 (qui entrera pleinement en vigueur à la rentrée 2017), il est nécessaire d’effectuer au préalable une année de PACES (Première année commune aux études de santé), de STAPS, en biologie ou de Sciences, Technologies, Santé. L’ancien système d’admission par concours post-bac « Physique-Chimie-Biologie » (PCB) est définitivement abandonné depuis le printemps 2016.

Il est possible de postuler auprès de plusieurs instituts afin d’augmenter ses chances d’intégrer la formation de kinésithérapeute. Cette formation est soumise à un numérus clausus, qui fixe le nombre de places disponibles chaque année. Ainsi, pour l’année scolaire 2015/2016, seulement 2631 places étaient disponibles, ce qui est bien inférieur au nombre de demandes qui ne cesse de croitre chaque année.

La durée des études de kiné en France est de minimum 5 ans : 1 année universitaire et 4 ans dans un Institut de formation en masso-kinésithérapie.

 

Le contenu de la formation de kinésithérapeute en France

 

Lors de la première année de formation à l’IFMK, l’enseignement est centré sur les capacités technologiques et les connaissances appliquées à un sujet sain. Cette première année met l’accent sur les connaissances fondamentales en physiologie, en cinésiologie, en anatomie et en technologie de base en kinésithérapie. Les sciences chirurgicales et médicales sont également enseignées afin d’aider les étudiants à appréhender le contexte clinique. L’enseignement technologique et théorique est organisé en quatre modules. Les étudiants ont l’obligation d’être assidus à tous les cours, qu’ils soient théoriques ou pratiques. Les quatre modules font régulièrement l’objet d’évaluations pour que les étudiants puissent se jauger et réguler ainsi leur apprentissage. Les modules sont indépendants les uns des autres, ils sont validés si l’étudiant obtient la moyenne sur l’ensemble des contrôles. Si l’étudiant n’obtient pas la moyenne à un ou plusieurs modules, il peut participer à une session de rattrapage en fin d’année. Des stages d’initiation obligatoires en milieu libéral et en milieu hospitalier sont organisés lors de la première année de formation. L’étudiant doit subir un contrôle vaccinal avant d’y participer et il est soumis au secret professionnel. Pour accéder à la deuxième année, il faut avoir effectué ces stages et avoir validé les quatre modules d’enseignement.

Les trois années de formation suivantes portent sur la rééducation des contextes cliniques pathologiques qui peuvent être rencontrés lors de l’exercice du métier de kinésithérapeute. La formation aborde également des contextes cliniques spécifiques en neurologie, en rhumatologie, en traumatologie en cardiologie ou en pneumologie. En parallèle, l’enseignement technologique est approfondi et les différentes situations professionnelles pouvant être rencontrées en carrière sont abordées. Les connaissances chirurgicales et médicales sont approfondies, tout comme les modalités et les techniques du métier de kinésithérapeute. Ce cycle d’études comporte douze modules qui devront être validés de la même manière qu’en première année. De nombreux stages à temps plein sont organisés, en alternance avec les périodes de cours. Ils se déroulent en milieu hospitalier, en centre de rééducation, en milieu libéral ou en centre sportif. Pour participer aux épreuves finales du DE, l’étudiant doit avoir validé tous les modules de la formation, avoir participé à tous les stages et avoir réalisé un travail écrit de fin d’études. Ce sont les IFMK qui organisent les épreuves du DE, sous la direction de l’ARS (Agence Régionale de Santé).

 

études de kiné en Belgique

Faire ses études de kinésithérapeute en Belgique

 

Il est également possible d’effectuer ses études de kinésithérapeute en Belgique. Les études dans ce pays durent 4 ans et sont délivrées par 2 types d’organismes :

  • Les universités qui offre une approche plus théorique
  • Les hautes écoles qui propose un cursus plus professionnalisant des stages dès la première année

A l’université il est possible d’effectuer une cinquième année pour une orientation recherche et la préparation d’un doctorat.

Depuis la rentrée 2006, les études de kiné sont visées par le décret régulant l’entrée en 1ère année des étudiants européens « non résidents » et par l’application de « quotas » et les étudiants sont choisis par tirage au sort. Les étudiants souhaitant se porter candidat doivent choisir un seul établissement (à l’université ou en Haute Ecole) pour y déposer en personne une demande de candidature. Le dossier doit être complet pour participer au tirage au sort. Le quota représente 30% maximum de l’effectif total.

A savoir que le nombre de places attribué aux « non résidents » lors de la rentrée précédente est généralement indiqué sur le site internet de chaque établissement.

Le coût annuel des écoles de kinésithérapeute en Belgique est d’environ 1000 euros par an, mais les tarifs peuvent varier d’une école à une autre. Les cours sont donnés en français en Wallonie.

À la fin de ces quatre années, les étudiants passent un concours pour obtenir un numéro d’INAMI qui permet d’exercer en Belgique. Pour exercer en France il faut déposer un dossier à la Direction Régionale de la Jeunesse, du Sport et de la Cohésion Sociale (D.R.J.S.C.S.) de votre région.

 

Etude de kiné en espagne

Faire ses études de kinésithérapeute en Espagne

 

Les études de kinésithérapeute durent 4 années en Espagne. Elles permettent d’obtenir un diplôme appelé « Graduado en Fisioterapia » qui permet de travailler en Espagne et en France après une demande de reconnaissance de ce diplôme auprès de la DRJSCS. La kinésithérapie est une filière sélective en Espagne, il faut posséder un baccalauréat scientifique pour y postuler. Ces études sont très prisées donc l’admission se fait selon les résultats obtenus au baccalauréat. Les études sont prodiguées dans des universités publiques et privées. Les universités publiques sont difficiles d’accès pour les étudiants français, en raison de leur sélectivité. Il faut compter en moyenne 2000 euros par an pour étudier dans une université publique.

Les universités privées sont moins sélectives, l’admission se fait après une épreuve qui comprend un test de personnalité, un test du niveau de langue et un test psychotechnique. Une année d’étude coûte entre 4000 et 10 000 euros dans une université privée. Les cours de kinésithérapie sont en espagnol (le castillan), bien que certaines universités donnent leurs cours en catalan. Les études de kinésithérapeute en Espagne sont plus théorique pratiques qu’en France. Dans certaines universités, les stages pratiques n’interviennent qu’à partir de la quatrième année. Les classes sont composées d’une trentaine d’élèves et le meilleur matériel de pratique se trouve dans les universités privées.

 

étude de kiné en Allemagne

Faire ses études de kinésithérapeute en Allemagne

 

De nombreux étudiants français optent pour l’Allemagne afin d’effectuer leurs études de kinésithérapeute. En effet, il n’y a pas de numérus clausus ni de quota dans ce pays et la formation est de très bonne qualité. Autre avantage : la formation ne dure que 3 ans. Les meilleures écoles de kinésithérapeute d’Allemagne possèdent la certification ISQ, elles sont donc à privilégier. Elles sont réparties dans les plus grandes villes d’Allemagne, mais également à proximité de la frontière française. Chaque école allemande fixe elle-même ses conditions d’admission, mais il faut généralement que le candidat possède le baccalauréat, un bon niveau d’allemand et soit âgé d’au moins 17 ans. La formation dure trois années au lieu de quatre en France et dans les pays cités plus haut, et le coût des études s’élève entre 4000 et 6000 euros par année de formation.

La formation de kinésithérapeute allemande est très axée sur la pratique et comporte de nombreux stages dans des services spécifiques comme la chirurgie, l’orthopédie ou la pédiatrie. Ces stages durent huit semaines et se déroulent au sein de centres hospitaliers, de centres de rééducation ou de cabinets privés. La formation théorique est également très solide et se compose de blocs qui interviennent en alternance avec les stages. Un examen vient sanctionner la troisième année d’étude pour l’obtention du diplôme de kinésithérapeute. Il est composé d’épreuves pratiques, écrites et orales. Ce diplôme permet d’exercer en France et dans toute l’Union européenne

 

Les conditions de sélection en France amènent de plus en plus d’étudiants à opter pour les études à l’étranger pour devenir kinésithérapeute.

Il est donc important de s’intéresser aux formations qu’offrent les pays voisins.

Parmi les 3 options principales pour faire ces études de kiné à l’étranger l’Allemagne tient la carde par rapport à la qualité de la formation, aux conditions d’admission et au nombre d’années d’étude nécessaires pour obtenir le diplôme.

Sources:

Études en Allemagne

http://www.fnek.fr/r%C3%A9formefinPCB

http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/etudes-de-kine-vers-la-fin-du-concours-d-entree-bpc-et-un-an-de-formation-de-plus.html

Études en Belgique

http://www.kine-web.com/faire-ses-etudes-en-belgique

http://www.euroguidance-france.org/wp-content/uploads/2014/07/les-%C3%A9tudes-en-masso-kin%C3%A9sith%C3%A9rapie.pdf